Aïkido à Gérardmer

intitule
Racines

HARA

Dans un petit dojo de Nakano-kuun arrondissement de Tokyo., un jeune étudiant français s'entraîne au ken-jutsu avec son instructeur sous l'oeil attentif du Maître des lieux en hakama blanc, impressionnant dans sa posture en seiza. L'exercice terminé, le vieux Maître se lève, se dirige d'un pas à la fois déterminé et léger vers le jeune pratiquant et pointe son index sur le plexus solaire de l'élève : "il faut expirer plus longuement, tendre le ventre et descendre le centre de gravité dans le bas de l'abdomen". Tout est dit, et plus facile à dire qu'à faire.

Nous sommes façonnés par nos sensations, nos expériences de vie quotidienne familiale et professionnelle, notre éducation pour satisfaire aux normes édictées par la société dans laquelle nous vivons. C'est MOI. Sommes-nous vraiment ce que nous devrions être ? Il existe au fond de nous une aptitude qui nous dit que nous pourrions être mieux, plus heureux, plus en accord avec nous-même, plus en accord avec la nature, simplement ÊTRE. Ce clivage entre MOI et ÊTRE est source de conflits, de mal-être, de pathologies également. HARA est la résolution de cette schizophrénie au sens étymologique du mot du grec « σχίζειν » (schizein), signifiant fractionnement, et « φρήν » (phrèn), désignant l’esprit. en faisant concorder MOI et ÊTRE. Non pas en suprimant l'un au profit de l'autre mais en les fondant l'un et l'autre dans le creuset du seïka tanden pour obtenir l'équilibre juste. Seïka tanden est la région anatomique du corps humain dans le bas de l'abdomen, entre nombril et pubis et un peu en profondeur. Là se trouve le centre de gravité du corps humain — c'est aussi l'endroit où la femme enfante. HARA permet de rompre la carapace du MOI fixateur et protecteur pour laisser pénétrer l'ÊTRE libérateur et créateur.

L'exercice permet de développer le HARA. Ici, exercice prend un sens particulier. Dans son livre "HARA : Centre Vital de l'Homme" Karl Friedrich Graf von Dürckheim utilise le mot "exercitium". C'est une discipline de vie, une ascèse ou encore dans son sens primitif un exercice militaire — tiens nous revenons aux arts martiaux — qui demande beaucoup de rigueur et de persévérance. L'exercitium implique la totalité de l'individu, son corps, son esprit, sa respiration. De la convergence, de l'harmonisation de ces trois composants rayonne le KI, force vitale, à partir du HARA.

Tous les arts, y compris les arts martiaux, l'Aïkido en particulier parce qu'il a su entretenir une tradition ancestrale sans sombrer dans le rationalisme moderne, nous accompagnent sur la Voie du HARA. Cela suppose une longue pratique afin d'acquérir la maîtrise technique pour finalement en faire abstraction et se concentrer sur l'accomplissement de l'œuvre, la réalisation de l'ÊTRE.

"HARA est le centre de tous les équilibres physique, mental, psychologique, le pivot indispensable autour duquel tout doit tourner."
Karlfried Graf DÜRCKHEIM. HARA : Centre Vital de l'Homme. Paris : Le Courrier du Livre, 1977.