Aïkido à Gérardmer

intitule
Morihei UESHIBA Senseï

LE CONCEPT DE KI

Il est né en Chine. C'est l'essence du Taoisme dont Lao Tseu, Mo Tseu, Tchouang Tseu (entre autres) se sont fait les apôtres. KI est le dynamisme de yin-yang (in-yo en japonais).

C'est un principe naturel et simple qui n'a rien à voir avec un pouvoir magique. Tout le monde possède KI. La seule difficulté est d'apprendre à le reconnaître, à le laisser agir, à le contrôler. KI est partout.

D'un point de vue plus concret, c'est une disponibilité du corps et de l'esprit qui rend apte à agir avec adéquation dans toutes les situations.

Le grand apport de l'Aïkido est d'avoir concrétisé, dans la technique, des concepts restés obscures jusqu'au début du XXe siècle.

LE CONCEPT D'AIKI

On découvre les idéogrammes désignant ki, aiki, kiai très tôt dans les makimono (tablettes) des écoles classiques de jutsu où ils sont toujours en rapport avec les niveaux supérieurs d'initiation (okuden) de ces écoles.

En fait, si les techniques okuden faisaient parties des secrets de l'école, les notions de ki, aiki, kiai étaient, malgré cela, très connues car elles imprègnent l'éducation martiale japonaise.

Le plus vieux livre qui tend à vulgariser le concept fut publié en 1899, donc à l'époque moderne. C'est BUDO IKETSU AIKI NO JUTSU (Secret du Budo, Art de l'Aïki).
Il y est écrit :

"le plus profond et le plus mystérieux art dans le monde est l'art de l'aïki. C'est le secret principal de tous les arts martiaux japonais. Celui qui le possède peut-être considérer comme un inégalable génie militaire."

Au début du XXe siècle on trouve d'autres livres qui traitent du sujet. Si bien que la notion d'aïki devint très populaire.

"Le principe secret de l'aïki est de défaire son opposant sans combattre en prenant le meilleur de son KI" (Application du Karate, Art de la Self-défense, 1917).
"Aïki-ho est la technique utilisée pour arrêter l'attaque de l'ennemi en prenant l'initiative sur lui" (Les Principes secrets de l'Art de la Self-défense, 1917 ; Enseignements du Yagyu Shingake Ryu).

La définition personnelle de TAKEDA Sokaku est très succincte :

"les secrets de l'aïki, c'est de dominer le mental de l'opposant en un éclair et de le vaincre sans combattre."

On se rend compte ainsi que le principe d'aiki est très général, qu'il est la base de nombreux arts martiaux et que vu sous cet angle, l'Aïkido n'a rien d'original.