Aïkido à Gérardmer

intitule

QU'EST-CE QUE L'AÏKIDO ?

L'Aïkido créé par le Maître UESHIBA est une quête de soi. À la fois une philosophie et un art de vivre, l'Aïkido tend à bâtir en toute humilité et simplicité, un Homme responsableUn Homme qui a développé son KI et appris à le contrôler., conscient de sa valeur, confiant en sa force intérieure.

L'originalité de l'Aïkido est d'utiliser les techiques et les valeurs martiales des anciens samouraïs, techniques à mains nues ou avec des armes — couteau, bâton, sabre, armes en bois d'entraînement — pour développer chez le pratiquant, non seulement ses capacités physiques mais aussi des valeurs morales telles que respect, humilité et empathie, honnêteté et honneur, politesse. Ces valeurs ancestrales peuvent se développer à tout âge surtout chez les plus jeunes.

Les saluts en entrant et sortant du dojo, en montant et en descendant du tapis, au mur d'honneur en début et fin de cours, à l'enseignant lors des démonstrations, aux partenaires au début et en fin de pratique, aux armes avant et après leur utilisation ne sont pas des signes d'allégence ou de faiblesse mais l'expression d'une empathie avec son environnement physique et humain.

Il n'y a pas de compétition en Aïkido donc pas de vainqueur ni de vaincu. Chacun à son tour joue le rôle de l'attaquant ou du défenseur. L'attaquant crée des situations d'où le défenseur doit se sortir en utilisant la puissance de l'attaque, en créant un déséquilibre pour finalement immobiliser le partenaire et le convaincre que son action n'est que velléité. L'Aïkido peut être pratiqué par tout le monde, jeunes et moins jeunes, femmes et hommes.

Le but ultime de l'Aïkido est de développer une attitude qui ne génère aucune animosité envers l'environnement qu'il soit humain ou naturel. Face à cette prestance, les prémices même d'une attaque ne naissent pas.

Une anecdote que l'on raconte dans le milieu de l'Aïkido, illustre l'aboutissement du travail de Maître UESHIBA. Lorsque ce dernier revenait en train de IWAMA vers le dojo de l'Aïkikaï à Tokyo, il descendait à la gare de Shinjuku, la station la plus fréquentée de la ville. Alors que les ushideshiÉlèves qui vivent au dojo et servent le Maître. qui l'accompagnaient se frayaient difficilement un chemin à travers la foule très dense, le Maître avançait tranquillement, la foule s'ouvrant sur son passage. Juste une attitude. Qui aurait l'intention d'agresser une telle présence ?